Une Journée dans la Peau d’une larve (moi)

La fac….ses vingt-quatre semaines de cours et ses vingt-huit de vacances. J’en rêvais tant quand j’étais enfermée derrière les carreaux de ma salle de cours au lycée et que je pleurais en pensant à mes deux petits mois de vacances d’été qui allaient être gâchés par les éventuels rattrapages du bac. Pauvre victime. Mais pour être honnête, après un mois de vacances (sur quatre et demi) (normalement) (mdr), je commence à découvrir l’ennui: une sensation qui m’était inconnue depuis plusieurs mois.

Alors au début c’était parfait: excès de motivation pour faire du sport (trois abdos quoi), à manger (enfin tenter, lol, mdr), débarrasser le lave-vaisselle et tous ces petits trucs qui, en temps normal, me paraissaient si ennuyeux. Le problème est que trois semaines plus tard, ça commence à clairement me saouler de ne rien foutre de mes journées (admirez les rimes svp merci).

Je ne sais pas vous, mais moins j’ai de trucs à faire et moins j’ai la motivation pour le faire. Alors je ne fais rien. Rien du tout.

Je voulais lire, courir, apprendre le néerlandais (alors que je sais à peine dire bonjour en anglais) et plein d’autres petits trucs cool, au final je ne fais rien à part lire les posts déprimants des mères au foyer sur le groupe Facebook du Secret du Poids et attendre, toute une journée, que Manu veuille bien donner le nom de son Premier ministre.

Il y a quand même des trucs un peu sympathiques dans le fait d’être en vacances:

  • Tu ne peux pas rater ton réveil. Point positif un peu gâché quand ton père te réveille en hurlant à sept heures du matin parce que ton fabuleux frère ne veut pas lever ses fesses de son lit.
  • Tu peux bronzer tranquillement, allongé sur tes nouveaux transats, sans penser à rien. Point positif beaucoup gâché quand ton superbe chien, qui est à ta hauteur, te bave sur le ventre. C’est l’amour canin, il parait.
  • Tu peux te mettre au courant de ce qui se passe dans le monde. Point positif extrêmement gâché quand les chaines d’info en continu choisissent de se consacrer exclusivement à la nomination imminente du Premier ministre…..qui en fait n’arrivera que huit heures plus tard :)))))

Mais ça va, en vrai je me plains mais je me plaindrai encore plus quand je devrai reprendre les cours. Je suis Française, les Français sont éternellement insatisfaits, je suis donc éternellement insatisfaite. 😇

Audrey

Tout recommencer

Il y a un peu plus d’un an je mettais, pour la première fois, les pieds dans l’endroit qui allait devenir ma nouvelle ville: Grenoble.

Moi, la fille archi timide qui ne parlait à personne pendant ses années collège, je décidais de recommencer sa vie à zéro dans une ville dont elle ne connaissait rien, même pas sa localisation sur la carte avant d’y déménager (vous remarquerez que pour la première fois depuis des siècles j’ai utilisé l’expression « moi …. je » que je critique tant; c’était juste pour le style de la phrase hein, je ne suis pas tombée du côté obscur de la force).

Alors ce départ a été dur. La première semaine et sa sensation de solitude infinie. La seconde et ses questionnements. Mais aussi la troisième et son bonheur d’habiter dans une des meilleures villes de France.

J’ai parlé avec de nombreuses amies qui, elles aussi, avaient dû ou voulu tout quitter après le lycée. Même si nos expériences étaient très différentes, une chose revenait: le bonheur d’avoir quitté la ville où on avait vécu nos premières années, comme si on voulait tirer un trait dessus. Ce n’est pas ma volonté, pourtant force est de constater que quand je me promène dans Grenoble je me sens beaucoup moins jugée que lorsque je fais la même chose dans ma ville natale.

Alors merci Greny. A dans un mois. 💕

AUDREY

Pourquoi je voterai pour Macron

Il y a quelques mois je faisais un article dans lequel je vantais les mérites d’Emmanuel MACRON, cet OVNI qu’on présentait comme le futur président sans savoir que nos paroles seraient sur le point de décrire la réalité, à peine un an plus tard.

Alors douze mois et quelques poussières de jours après la publication de ce post, mes paroles sont beaucoup plus modérées et celui que je voyais comme LE SAU-VEUR-DU-MONDE-T’AS-VU ne l’est plus réellement à mes yeux. Du moins pas complètement.

Alors petit Manu est toujours aussi intelligent, gentil, marrant, MEGA BEAU, mais il y a quand même quelques petits trucs dans son programme sur lesquels je ne suis pas totalement d’accord, voire pas du tout.

Il est vrai que petit Manu, représentant officiel des gendres idéaux et des princes charmants parfaits n’a jamais rien fait dans l’ordre. Bah oui, tester les vieilles avant les jeunes, devenir président avant d’être élu local, SE PRESENTER AUX PRESIDENTIELLES AVANT D’AVOIR UN PROGRAMME (bah oui, Manu, c’est cool d’avoir dépensé mille cinq cents euros chez le dentiste pour avoir un sourire parfait, mais si les présidents étaient élus sur leur physique, bah ton ancien patron ne se serait jamais retrouvé à l’Elysée). Oui, il n’a jamais rien fait dans l’ordre.

Petit Manu, dimanche je voterai pour toi. Pas parce que je me retrouve en tous points dans ton programme. Pas non plus uniquement parce que tu te retrouves face à Marine LE PEN, aka le diable à mes yeux. Mais parce que je suis jeune, et quoi de mieux qu’un jeune pour parler à ceux qui le sont également. C’est une lourde responsabilité que le peuple s’apprête à te confier. Trente-neuf ans et toutes tes dents…. mais pour combien de temps ? Attention à ce qu’elle ne rayent pas trop le parquet, tu risquerais de les perdre, et de nous perdre aussi par la même occasion.

Audrey

De retour (pour toujours) (en plus ça rime)

Hello hello HELLLLOOOOO.

Ok, je sais, j’ai disparu un mois sans donner de nouvelles mais bon il faut savoir se faire désirer dans la vie. Non, en vrai j’étais en période de partiels et je n’avais plus le temps de vivre / de manger / de respirer / de dormir, à tel point que je pense être prête à aller à bout de Koh-Lanta, alors venir ici était loin d’être une de mes priorités, pardon. J’espère que vous allez vous en remettre.

Quoi de neuf?

Je suis partie début avril, époque où je pleurais (exagération) en me disant que je n’arriverais jamais à apprendre 300 pages de cours, en me lamentant sur mon incapacité à m’avancer et en me disant « la prochaine fois que tu commences plus tôt ». Aujourd’hui, nous sommes le 28 avril, mes partiels sont terminés, j’ai réussi à apprendre mes centaines de pages de cours pourtant j’ai quand même réussi à me planter dans deux de mes matières favorites, le talent, il parait. On verra.

Je reviens RE-GU-LIE-RE-MENT (mardis / vendredis) ici. Promis. De toute façon je n’ai plus que ça à faire.

Merci d’avoir attendu, d’être venus, merci pour tout.

Audrey

J’ai vu: « Premier homme » sur M6

Hey hey hey (dire avec l’air du Père Noël) (ouais je sais, j’ai juste quatre mois de retard). Il n’y a pas eu d’article mardi, j’espère que vous l’avez remarqué et que je vous ai manqué, mais c’est parce que je l’avais publié samedi…oh ça va, pour une fois que je suis en avance. 

Bon, je ferai mon bilan de mars plus tard. Je veux profiter du fait que le documentaire dont je vais parler soit encore disponible en replay au cas où certains aient envie de le voir, si je devenais une fille convaincante quoi.

Mardi dernier M6 diffusait un documentaire sur nos nous d’avant. Bien trop occupée à regarder les autres singes (mais si, ceux parmi lesquels figure notre futur président, mdr), je n’ai pu le regarder qu’hier matin mais je ne me voyais pas ne pas en parler vu la qualité du truc.

Ceux qui me connaissent savent que je déteste l’histoire, genre VRAI-MENT. Pourtant, j’ai passé un des meilleurs moments de ma semaine devant ce docu-fiction (en même temps le reste du temps je le passais à réviser et/ou à regarder des patates crier pendant un débat, donc j’avoue que le niveau n’était pas très élevé).

Leçon d’humanité avant d’être une leçon d’histoire, je suis restée bouche bée devant la qualité des images, devant la voix du narrateur (je ne sais pas si ça se dit mais on se comprend), devant le jeu des acteurs, devant l’immensité des recherches et devant la qualité des informations.

Alors mesdames messieurs, vous qui aimez l’histoire, vous qui la détestez, vous qui insultez votre petit frère de singe sans savoir que nous en sommes tous, vous qui avez envie de crâner aux repas de famille ou tout simplement de vérifier si je suis une bonne conseilleuse (mot sans doute inexistant mais qui fera l’affaire), foncez.

Audrey

Cher François

Tout avait si bien commencé. Un baiser, une acclamation, dix-huit millions de voix rassemblées et autant de gens qui mettaient leurs espoirs entre tes deux mains. Bon, on s’est vite rendu compte que des mains tu en avais peut-être deux mais vu ta maladresse c’étaient certainement deux mains gauches. De toute façon tu n’aimes pas la droite. Enfin ça c’est ce que je pensais avant d’apprendre que tu comptais apporter ton soutien à Macron. Mais si, tu sais celui qui, comme moi, ne fait pas encore la distinction entre la droite et la gauche, préférant aller là où le vent le mène. Qu’il fasse attention, si l’adage « après la pluie, le beau temps » est vrai, il ne va plus pouvoir compter longtemps sur le vent pour lui permettre de prendre des décisions. Bah oui, il faut dire qu’il a tellement plu pendant ton mandat qu’on se demande si ce n’est pas une façon pour le monsieur d’en haut de nous faire comprendre que lui aussi était en dépression suite à ton élection.

Oui, tout avait si bien commencé. Un discours place de la Bastille digne d’un concert de grand chanteur, les bras en l’air toussa toussa, Drake serait jaloux. D’ailleurs, en parlant de chanteurs (conserver le « grand » serait un peu mentir, et je crois que des mensonges on en a assez eus sortant de ta bouche pour que je veille à ne pas en rajouter) Yannick NOAH avait fait le choix de te soutenir et de nous offrir un spectacle géant ce 6 mai 2012 pour fêter ta victoire. Je crois qu’il regrette. On regrette aussi pour lui. Je crois que vous n’êtes plus trop amis d’ailleurs. Il aurait pu faire une chanson à ton attention, mais il a préféré en dédicacer une à Marine. Tu le vis bien ? Ah mais oui, un président normal ne veut pas de chanson en son nom. Ça tu laisses Carla le faire à Nicolas. Le président pas normal que tu as souvent atomisé. Pensant mieux faire. Autant qu’il pensait mieux faire que Jacques, celui à qui il a succédé.

François, tu disais vouloir « remettre l’éducation et la jeunesse au cœur de l’action publique ». Mais François, c’est cette même jeunesse qui te faisait confiance que tu as perdue. François, pour qu’on t’aime il ne suffit pas d’éteindre la lumière derrière toi. Tu payes huit cents personnes pour assurer ton service, laisse-leur faire ça. Les emplois fictifs c’est plutôt le domaine de l’autre François (celui qui veut prendre ta place) (mais qui n’y arrivera pas) parce que lui n’est pas normal, non non, pas normal du tout. Tellement pas normal qu’il arrive même à faire bosser une fille qui n’est pas au courant qu’elle est censée être au travail. Conseil de future amie (bah oui Fillonou, si tu deviens président je crois qu’on sera amenés à nous rencontrer) (un petit indice ? Au mariage de ton fils et de ma petite Capucine) (oui, j’ai l’espoir d’être invitée, de toute façon je sais qu’elle ne peut pas se passer de mon petit rire de chèvre et moi) (rire que j’ai hérité d’elle) (mais qui est vachement moins mignon sur moi) : quand tu mens sur l’emploi du temps d’une personne, préviens-la. M’enfin, Fillonou, c’est LA BASE. Me dis pas que tes amis ne t’ont jamais appris ça quand tu voulais tromper ta copine en prétextant être chez l’un d’eux. Non mais en même temps je comprends, il faut dire qu’en ce moment des amis tu n’en as plus beaucoup. Puis les tromperies ça c’est plutôt le domaine de l’autre François.

François numéro un, revenons à toi, tu avais fait du scooter l’image du président normal que tu souhaitais incarner lors de ta campagne. Ce même scooter (enfin je ne sais pas si c’est le même, mais tu m’as comprise) (entre humoristes incompris, on se comprend) (mdr) est devenu le symbole d’un président pas fidèle. Mais bon 48% des hommes français avouent avoir été infidèles. Ah, c’est donc ça la normalité. Bravo François.

François, tu n’as pas fait que des choses mal. Non. Loin de là. Si j’étais une fille méchante je dirais que ne pas te présenter une seconde fois t’aura permis de ne pas te tromper sur toute la ligne, mais comme je ne suis pas méchante, et que je ne le pense même pas, je vais me contenter de dire que tu as agi avec ton cœur. En même temps quand notre cerveau nous fait défaut, il ne nous reste que l’affectif pour nous sauver. T’inquiète, il m’arrive la même chose. La différence c’est que toi tu es devenu président, et moi une simple citoyenne qui t’aurait donné son vote si elle avait pu le faire en 2012. Tu as déçu, j’ai été déçue. Au fond je ne sais pas si je préfère ta place ou la mienne. Mais ce que je sais c’est que j’aurais préféré ton salaire à mon argent de poche.

Bah oui, pour pouvoir payer un coiffeur presque dix mille euros, il en faut des soussouus. J’ai été très triste que mes parents préfèrent te donner des impôts pour payer ta coiffure plutôt que de m’acheter des chaussures. Ah, on me dit qu’ils n’ont pas le choix. Je crois que le choix on ne l’aura pas non plus quand au second tour on devra choisir entre la peste et le choléra (j’hésitais sur qui était la peste et qui était le choléra jusqu’à ce que je voie Marine tacler Pierre Gattaz, depuis je pense qu’on peut lui accorder le titre de peste) (mdr) (me dis pas que t’as pas compris, François, ça fait un mois que je crie mon amour pour ton humour sur tous les toits) (enfin surtout dans tous mes tweets). Mais enfin François, laisse-nous notre argent, de toute façon tu n’as pas de cheveux…..alors que j’ai des pieds. Mes cinquante paires de chaussures sont donc plus utiles que ton unique coiffeur.

Non, François je ne te déteste pas. Non, François, je ne cracherai pas sur les pages du livre d’histoire de mes enfants dans lequel ton nom sera inscrit aux côtés de ceux de De Gaulle, Chirac ou Mitterrand. Non, je ne regretterai pas d’avoir dansé quand tu as gagné. J’avais quatorze ans. Je ne savais rien de toi, à part que tu avais une femme journaliste et ça me suffisait pour t’aimer. Depuis de l’eau a coulé sur les ponts (et est tombée sur ta tête) (mdr, pardon), j’ai appris, j’ai compris.

Alors merci François. Oui, merci. Si tu n’avais pas été comme tu es, je n’aurais jamais pu faire cet article. J’ai ri. Oui, ri à mes propres blagues. Tu auras au moins fait une heureuse. Le pire dans tout ça c’est que je crois que tu vas me manquer. Les poils de Philae auraient pu être remplacés par ceux de Phasma mais je crois que les Français préfèrent Figaro (si tu n’as pas compris cette blague, tape « chien Macron » sur Google).

Au revoir François. A défaut de nous avoir offert un bébé comme princesse Giulia en 2011, tu nous auras au moins offert des chiots présidentiels. J’espère que tu n’es pas le père. La zoophilie on la laisse aux Normands.

(PS : si tu n’as pas compris certaines blagues, tu peux cliquer sur les liens indiqués par une couleur différente) (et si t’as toujours pas ri après avoir compris bah tant pis).

(PS 2: Eh les gars, il manquait des mots dans mon article, VOUS AURIEZ PU ME PREVENIR HEIN)

Audrey

La vie, ma vie

Hello hello,

Je sais que je suis en retard. Je sais que vous l’avez remarqué. Vous savez que je suis désolée (enfin, maintenant vous le saurez).

Il est presque midi et je suis allongée comme une merde dans mon lit (le début de ma future carrière de poète est imminent) en train de me demander comment je vais faire pour apprendre quatre fois 80 pages de cours en une heure, pour mon QCM de cet après-midi. Si, d’ailleurs, vous avez des solutions je suis preneuse. Non mais en soi, je connais certains trucs. J’ai déjà dû apprendre tout mon cours d’Histoire pour le partiel de mercredi et tout celui de constit pour mon contrôle d’il y a deux semaines (où j’ai eu 17 POPOPOPOOOO) (oui, je sais, je le dis partout et tout le temps, mais passer de 9 à 17 ça relève du miracle) donc ça va, mais je ne me sens pas prête. Genre PAS-DU-TOUT. Etant donné que j’ai eu 10,5 au dernier où j’étais allée (presque) sans réviser, je me dis que ça passera tranquille quand même. Enfin j’espère.

Quoi de neuf dans ma vie ? Il fait beau. J’espère que vous avez remarqué. J’ai ressorti mes tenues d’été : ça y est, je ne me sens plus. Là vous allez vous dire « mais de toute façon t’es toujours à moitié à poil donc ça change rien ». Certes, mais au moins maintenant je peux l’être sans passer pour un extraterrestre (ou un Marseillais qui débarque à Lille pensant qu’il y fait 25 degrés en hiver comme chez lui) (cœur).

J’ai aussi repris le sport. Bon ok j’ai commencé lundi mais j’aurais pu ne pas commencer du tout donc soyez fiers. Je suis allée courir tous les soirs sauf mercredi (puisque j’avais mon partiel d’histoire) (fais semblant de suivre enfin), me donnant ainsi l’occasion de rêver à mon futur destin d’Usain BOLT au féminin. Dans un autre monde, dans une autre vie, comme dirait Céline (Dion) (zéro culture musicale les amis).

Je me suis également mise à la bonne bouffe, enfin à la nourriture saine quoi. C’est avant-hier en finissant mes trente boudoirs (les gateaux longs avec du sucre dessus que les vieilles trempent dans leur café avant de partir au marché et que les jeunes mangent en rentrant de soirée pour absorber les trois bouteilles de vodka qu’ils se sont tapées la veille) que je me suis dit « bon allez, stop les conneries ». Je n’ai pas de problème de poids, que je mange 800 ou 3000 calories par jour la balance n’affiche pas un nombre différent, mais niveau santé ce n’est pas la même chose. Je sais très bien que le gras et le sucre que je mange chaque jour sont très mauvais pour mon petit cœur et mon grand corps. Alors j’ai commencé à manger des fruits, des compotes, de la salade, des trucs sains quoi. Pour le moment ça me plait bien (en même temps j’ai commencé hier, mdr, lol, pardon) même si je sais que je vais tenir deux jours et demi, ça sera deux jours et demi de malbouffe de moins.

Bon, je vous laisse, mon destin (= mon QCM) m’appelle. A bientôt.

Audrey

Pro-ana : leur envie, mon dégoût

Oui, vous allez me dire que je suis en boucle sur cette histoire, je sais.

Hier je suis tombée sur un hashtag où se rassemblent des gens (jeunes filles en majorité) qui rêvent d’être anorexiques, oui, vous avez bien lu : qui REVENT d’être anorexiques. C’est donc ça le monde actuel…

Pourquoi ça me choque ? La minceur, voire la maigreur, semble être un passage obligé dans notre pays si on veut être considéré comme joli et surtout comme jolie. Je conçois que ce soit compliqué pour certaines personnes et que cette difficulté entraine des conneries, mais là, on marche sur la tête (je crois que c’est ça l’expression) (eh je n’ai pas le temps de vérifier, si ce n’est pas ça faites comme si vous n’aviez rien vu svp).

L’anorexie est une maladie. Imiter le comportement d’une anorexique, rêver de le devenir et crier cette envie sur tous les toits : tout ça me choque. Twitter est un réseau social ouvert, tout le monde peut voir ce que chacun met et dans ce tout le monde peuvent se trouver des anorexiques ou certains membres de leur famille. Je n’imagine même pas leur état quand ils découvriront que certains veulent plus que tout avoir la maladie qui tue leur fille, leur frère, leur amie, leur père.

Quand je lisais les tweets de certaines, je suis tombée sur une gamine de douze ans qui tentait de perdre dix kilos en un mois grâce à cette pratique. Manger une pomme par jour, se remplir en eau pour éviter la sensation de faim, partir se coucher le ventre vide, sans force: c’était son quotidien. Douze ans. DOUZE ANS.

Je suis profondément choquée par ce genre de comportements. Choquée par ces personnes qui pensent avoir trouvé la solution à leur mal-être sans savoir qu’elles seront encore moins bien quand elles seront tombées dans la maladie, la vraie maladie. Celle qui est leur rêve actuellement mais qui deviendra leur cauchemar quand elles seront dedans.

Pauvre génération, pauvre monde, pauvres personnes.

Audrey

En vrac, mars 2017

Hello hello. Mon semestre touche à sa fin. Mon année aussi. Oui, nous sommes en mars. Oui, je suis à la fac. Plus de budget hein, que voulez-vous.

Je n’ai toujours pas retrouvé mon inspiration, je crois qu’elle est partie loin, très loin. Aussi loin que ma chance d’avoir mon année cette année (lol).

Bon, si je ne l’ai pas cette superbe année, elle m’aura au moins permis d’avoir des histoires cool (oui, cool, chut) à raconter: ma prof de constit’ du premier semestre que j’aurais pu mettre en fond d’écran tellement qu’elle était drôle, mon prof de constit’ du second semestre que j’aurais aussi pu mettre en fond d’écran (pas pour les mêmes raisons, mais pour des raisons sympathiques quand même) ou encore la découverte de mon don de voyance. Bah oui, lundi 15 mai je publie un snap « vous croyez que si j’ai dix-sept à mon prochain contrôle le prof de constit’ accepterait de prendre un verre avec moi? » truc totalement improbable après s’être pris un neuf quoi. Mardi 23 mai ma prof me rend ma copie, elle avait mis seize et a changé en dix-sept. Soit j’ai un putain de don de voyance soit le ciel croit très fort en ma future histoire d’amour avec mon fabuleux prof. Message reçu de mon côté. Par contre bouge ton cul à le transmettre au prof aussi, quitte à être avec un vieux, autant que cette relation puisse au moins me permettre d’augmenter ma note de partiels, tu vois.

Alors voilà, il est 23h29, je suis encore en retard pour écrire cet article. Je n’ai encore rien à dire, mais j’ai encore trouvé de quoi écrire. Le talent, j’avoue. Trop hâte de redevenir une bête de blog qui peut écrire vingt articles en un soir. Oui, trop hâte. Si je pouvais aussi arrêter de faire quinze fautes par snap ça m’arrangerait. Si ce n’est pas trop en demander (pardon à vous qui lisez cela).

Audrey

Aujourd’hui on fête le bonheur 🎊 (en vrai c’était hier, mais chut)

20 mars : journée internationale du bonheur, c’est l’ONU qui l’a dit.

Les optimistes diront « mais le bonheur c’est tous les jours », les pessimistes râleront encore parce que « c’est pas parce que c’est la journée du bonheur que chui heureux hein » et les réactionnaires s’exclameront « non mais c’est comme la journée pour les droits des femmes, c’est triste qu’il faille une journée par an pour être heureux blablablaaaaa».

En ce qui me concerne, je n’ai pas trop d’opinion. J’ai appris que c’était la journée du bonheur il y a à peu près deux heures (il est 22h) donc autant vous dire que ma journée était bien terminée et que le bonheur bah……il est loin. Mais pour me (et vous) remonter le moral bien atteint par mes pu**** de révisions (oui, j’en ai chaque semaine) (oui, je râle chaque semaine) (team pessimistes bonjour) voici une petite liste des trucs qui me remontent grave le moral :

  • Les spaghettis bolognaise….enfin quand t’oublies pas d’acheter des spaghettis (lolilol) (si t’as pas compris cette superbe blague c’est que tu n’es pas fidèle à mon blog) (c’est mal) (et si t’es fidèle mais que t’as quand même pas compris bah c’est que je suis VRAIMENT pas drôle)
  • Les fleurs. Parce que oui entre nous vaut mieux une paire de chaussures plutôt qu’un bouquet de fleurs, mais vu que personne ne m’offre de chaussures, bah je suis ok pour prendre leurs fleurs quand même.
  • Une bouteille d’Ice Tea. Et oui, il y a ceux qui se bourrent la gueule à la vodka et ceux qui le font à l’Ice Tea. Et vu mon état mental, on se demande lequel fait le plus de ravages.

Alors si toi aussi t’es de mauvaise humeur 364 jours par an, essaye au moins de sourire le 20 mars. Je sais, j’arrive trop tard puisqu’on est le 21, mais si tu comptes sur mon blog pour t’informer, je crois que tu es mal tombé.

Audrey